TOUJOURS PRENDRE UN TRAUMATISME CRANIEN AU SERIEUX

Chaque année en France, 150 000 personnes sont victimes d’un traumatisme crânien qui entraîne leur hospitalisation. Les séquelles, pas toujours visibles, sont bien réelles. "J’étais montée dans un arbre pour cueillir des pommes lorsque j’ai glissé, se souvient Christelle, 39 ans. Je me suis réveillée par terre, un peu sonnée." Quelques semaines plus tard, Christelle devient insomniaque, irritable, oublie ce qu’elle doit faire.

Grâce à un léger traitement composé d’antalgique et d’antidépresseur, tout est rentré dans l’ordre au fil des mois. "Ce type de troubles peut apparaître chez des traumatisés légers dans les jours ou semaines qui suivent l’accident, souligne le Dr Catherine Kiefer, chef de service de soins pour traumatisés crâniens de l'hôpital nord de Villeneuve-la-Garenne. Il est toujours préférable de consulter après un choc sur la tête accompagné d’une perte de connaissance, même si la victime n’a apparemment rien."

Des séquelles variables

Ces troubles du comportement peuvent accompagner les nombreux signes physiques liés au choc : maux de tête ou de nuque, troubles de l’équilibre, de la vue ou de l’ouïe, nausées. Ils doivent inquiéter l’entourage. La gravité d’un traumatisme crânien dépend de trois critères : la durée et la profondeur de la perte de connaissance initiale, de quelques minutes à plusieurs heures, la durée de l’amnésie post-traumatique (période durant laquelle la victime ne se rappelle pas qui elle est, ce qu’elle fait) et la présence ou non de lésions cérébrales décelées au scanner.

Les séquelles varient, des troubles transitoires du sommeil ou de la concentration, comme chez Christelle, à des lésions cérébrales irréversibles avec hémiplégie, perte de la parole, de la motricité, troubles cognitifs importants - difficulté de concentration, de mémorisation, d’apprentissage - et dans 10 % des cas environ des troubles psychiatriques comme la dépression, la névrose, les psychoses. "Plus la perte de connaissance et l’amnésie post-traumatique sont longues, plus les séquelles risquent d’être importantes", souligne le Dr Kiefer

Tout réapprendre

Les traumatismes crâniens sévères peuvent provoquer un coma de plusieurs jours ou semaines qui justifie une hospitalisation en réanimation. À leur réveil, les victimes ont tout oublié ou presque. Seuls des mois de rééducation (orthophonie, kinésithérapie, ergothérapie…) les aident à retrouver leurs facultés.

Cette récupération peut se poursuivre pendant plusieurs années. Certaines cellules cérébrales endommagées par le choc peuvent en effet progressivement se remettre à fonctionner. D’autres, en revanche, ont été irrémédiablement détruites et seule la capacité du cerveau à se réorganiser grâce à la plasticité cérébrale pourra permettre à des cellules de changer de rôle progressivement pour venir remplacer en partie celles qui sont détruites.

Mais parfois cela ne suffit pas, comme dans le cas de Vincent, invalide à 80 % depuis qu’il a été percuté par une voiture à l’âge de 6 ans. Son cerveau ayant été irrémédiablement lésé en plusieurs endroits, il est hémiplégique (paralysie de la moitié du corps), une partie de son champ visuel est amputée, ses capacités d’apprentissage et de mémorisation sont amoindries.

Un changement de personnalité

Le handicap physique n’est pas tout. "Ceux qui ont subi un grave traumatisme crânien gardent souvent des troubles cognitifs et voient leur caractère modifié", souligne le Dr Kiefer. C’est sans doute ce qui surprend le plus l’entourage. Des personnes plutôt timides, introverties, se révèlent après l’accident expansives, sans inhibition… "Certains, par exemple, oubliant qu’il faut respecter la file d’attente aux caisses du supermarché, passent devant tout le monde", continue-t-elle.

Plongé un mois dans le coma après un accident de train, Charles sait que certains le considèrent quelquefois comme un "déjanté" en raison de comportements ou de propos inattendus, mais peu lui importe, sa différence est aussi sa fierté. À force de volonté et grâce au soutien de sa famille, il a progressivement réappris à marcher, à parler, à accomplir tous les gestes de la vie quotidienne… Il a repris ses études, obtenu un DESS et trouvé un emploi. Aujourd’hui marié et père d’une famille nombreuse, il mesure "l’énorme chance [qu’il a] eue de pouvoir reprendre une vie normale, malgré les séquelles invisibles" de son traumatisme crânien.

Protéger les enfants

Il suffit d’une chute de la table à langer ou d’un lit superposé pour provoquer un traumatisme crânien chez l’enfant. S’il a moins de 18 mois, il faut toujours consulter. "Nous sommes très vigilants, car leur tête est fragile. Nous redoutons une éventuelle fracture du crâne et surtout un hématome qui se serait formé à l’intérieur de la boîte crânienne et qui comprimerait le cerveau", explique le Pr Philippe Labrune, pédiatre. Chez les plus grands, ce sont les chutes dans l’escalier et les accidents de roller ou de VTT qui peuvent être redoutables. Le plus souvent, l’enfant s’en sort avec une grosse bosse.

"La première nuit, cependant, on conseille aux parents de le réveiller toutes les trois heures pour s’assurer qu’il va bien. Au moindre signe inhabituel (vomissements, douleurs, saignements du nez ou des oreilles) ou changement de comportement (somnolence, perte d’appétit), ils doivent consulter." Pour ne pas en arriver là, mieux vaut l’équiper d’un casque pour faire du vélo, du roller, du ski ou du skateboard, protéger l’accès à l’escalier ou aux fenêtres par une barrière, et ne jamais le laisser sans surveillance.



Les réactions

Avatar tizia moreaux

Vous avez raison de rappeler ces simples précautions qui pourrait sauver la vie d'une personne. Beaucoup de personne ne pense pas qu'une légère perte de connaissance après une chute soit grave et pourtant, j'ai subit 3 traumatismes craniens , j'ai eu enormement de chance ils étaient tous léger sauf le dernier qui m'a changer . A la suite d'une grosse chute dans les escaliers mes parents ont pensé que mes douleurs allaient passé or le lendemain matin je vomissais et mes parents ont pensés que j'étais malade . Ce n'est que quelque jours plus tard quand mon comportement a changer, que je suis devenus agressive et que je ne mangais presque plus rien que m'on medecin ma posé des questions et a decidé de me faire passé un scanner car j'avais des mots de tête insuportable et c'est au scanner qu'ils ce sont apperçus que j'avais un hématome qui comprimait légèrement la partis du cerveau qui gere le comportement avec un traitement ils ont réussis a faire évacuer l'hématome . mais certain neuronne étais abimé . Aujourd'hui je ne peux plus gerer mes émotions, je fais des crises d'angoisse tout les jours et des abscence regulierement heureusement, des bétabloquant arrive à réguler tous ça mais si mes parents m'avaient amené au urgence le jours même je n'aurais pas eu une seule sequelle

Le 06-06-2012 à 19:04:48

Avatar agnes Cuny

courage à tous, bonne continuation et gros gros bisous à Célia

Le 18-10-2012 à 00:19:08

Avatar Kaity

Bonjour à tous,

Je ne connais que trop bien les séquelles d'une telle chute... hélas mon fils de 4 ans en est décédé... dans mes bras....
C'était en 1990, il était dans une chambre d'hopital pour une "simple et bénigne" opération des amygdales. Cette clinique ( fermée suite à de nombreux accidents ) avait une réputation moyenne, mais qui aurai pu dire que nous courions un tel risque à faire opérer notre fils ici, enfin bref.... à l'arrivée aucune prise ne charge, plus de 4 heure d'attente dans une chambre avec un enfant qui n'en pouvait plus car à jeun...Arrive le moment de l'opération, ils ont alors préparé mon fils mais l'ont installé dans un lit d'adulte ?? aberrant n'est ce pas ! tout est d'ailleurs parti de cette négligence car il faisait le fou et jouait sur ce lit et est tombé... il s'est relevé aussitot, personne n'a rien vu si ce n'est cette chute qui a semblé bénigne à tous. Ensuite c'est l'opération : amygdalectomie rien de compliqué semble t'il, sauf que mon fils avait sans que personne ne le décele à ce moment un hématome sous durale qui a formé une hémorragie intra crânienne....et là le drame avance à grand pas. Tous ces médecins dépités et sans voix, qui restent là sans rien faire, les heures passent... du matin nous passons à l'après-midi avec moi qui sent le malheur autour de nous et sur mon fils, mais non rien, aucune réaction des médecins !! Je leur dit que je sais qu'il se passe quelque chose ( mon fils ne m'entends plus et m'appelle dans le vide, c'est l'horreur...) mais ils ne m'écoutent pas et ne me font finalement pas confiance.
Ils finissent en fin d'après-midi par prendre conscience de la situation mais hélas trop tard.... mon fils sera emporté en hélicoptère ( à peine transportable ) et ne reviendra pas. Il décédera dans le service des urgences du Havre à l'époque ( le service pédiatrique...) le médecin s'avançant vers nous blanc comme un linge nous dira " si il était arrivé avant, nous aurions pu le sauvé".... Il aurait eu 27 ans ce 15 janvier 2013. Merci de m'avoir lu. Kaity.

Le 06-01-2013 à 01:22:18

Avatar PATRICIA

bonjour ,il y a un mois mon mari et moi recevons un appel des gendarmes , popur nous annoncer l 'accident de travail de notre fils qui a 27 ans et papa de deux enfants ma petite belle fille étaient chez nous ,coup de massue sur la tete ,coma ,trauma cranien,au bout de 150 km nous pouvons le voir ,le médecin nous annonce qu'il ne se prononcera que dans 48 heures pyuis le lendemain 1 mois et demi de coma et miracle 8 jours aprés il se reveil malgrés le rochers ,hematome sous dural, oedeme,fracture occipital,parietal et temporal ,contusion multiple ,il ne lui reste pas grand chose comme sequelle ,il a juste une mauvaise demarche et il ne devra surtout pas recevoir de coup ou de chutte car cette fois ci il n aura pas la meme etoile au dessus de lui ,son accident s 'eteait une chutte de 5 metre de haut sur la citerne de son camion car mon fils et routier bon courage a tous ,nous nous avons étaient solidaire avec notre belle fille qui est restait chez nous depuis le 24 janvier 2013

Le 26-02-2013 à 16:05:53

Avatar sabrina benaniba

mon fils de 4 ans est en reeducation suite a un accident ayant entrainer un
traumatisme cranien severe avec plus d une semaine de coma. a sa sortie de
reanimation une infirmiere nous disait qu elle n aurait pas cru qu il sortirai
de ce service. aujourd hui il en a pour des mois de reeducation sans savoir
vraiment ce qu il pourra ou pas recuperer suite a ses lesions du cerveau.
aujourd hui je voudrai qu on puisse me dire si mon fils aura ou pas une
vie normal ou pas mais...personne ne peux me repondre.

Le 26-02-2013 à 21:23:03

Avatar Tiziana

Moi j'aimerai savoir si les séquelles psychologiques (sautes d'humeur, indifférence, absence d'émotions ...) durent toujours ou si elles peuvent disparaître ? Si oui, au bout de combien de temps ?

Le 21-05-2013 à 13:24:34

Avatar Nora

J'ai eu un traumatisme cranien avec saignement interieur et exterieur du crane a l'age d'un an, j'ai eu des pertes de connaissances et ma mère n'avais pas appeler les urgences, mais quand j'ai arrêter de pleurer et que je me reveiller pas mon oncle ma emmener et j'ai fait des examin et j'ai était opérer et maintenant j'ai un creux du sourcil jusque le haut du front lol, j'ai était un bébé prématurer et j'ai passer presque tout ma petite enfance au urgence lol, j'ai eu un autre traumatisme encore avec saignement du a une bagarre avec ma soeur xD

Le 23-05-2013 à 14:20:37

Avatar Grace

Bonjour, je voulais savoir si un choque a la tete d'un enfant de bas age pouvais produire un mal formation physique .? (Jambes droite plus grande que jambes gauche, bras gauche plus grand que brs droit ect...)
Merci d'avance :)

Le 12-08-2013 à 23:03:45

Avatar lynda

bonjour juste pour vous dirs tous au personnes qui ont un traumas cranienne comme moi notre vie a changer et notre seule chance de s'en sortir c'est de s'accepter comme on est et de vivre avec nos sequeles courage a tous

Le 18-04-2014 à 23:34:39

Avatar sabrina parent

bon courage à Célia et à vous tous .Moi ma maman a chuter d'un 1,50 m d'un égout son crane était ouvert plein sang c'était le 22 juin 2014 le samur est prévenu et pompier ,ils arrivent ,petit parenthèse le monsieur qui passé par là ce jour là et qui venu prèvenir mon pére .Ils la prends charge ma maman est insconsciente elle a un traumatise cranien ,le médecin des urgences de saint paul nous dit heureusement qu'elle a saigne sinon ,elle aurait pu mourit,la dedans ce que je reproche à ce service ils l'ont hospitalisé qu'un soir, lendemain on ai venu la cherché ,elle n'arrivait pas à mettre ses habits aucunes radios était faite ,à sa sorti on est voir le médecin qui fit des radios et sur place demande scanne elle avait la t 10 fracturé et la t 11 sa colonne est une colonne bambou ,connaissez-vous cette expression ,elle a du etre hospitalisé d'urgence et la meilleur sa tete rendé du sang et du pu le chu de bellepierre de saint denis a du l'opérer car c'était entrain de s'infecter et pour son dos ils essai de trouver une solution ,elle porte un corset 2 mois et demie d'hopitalisation saint denis 1mois et demie et saint pierre 1 mois .aurais-t-il une solution pour elle ?est-ce que il aura des séquelles une fille inquiète!

Le 13-09-2014 à 17:52:48

Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Mai 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Livre d'or

Dernier message :

je te nomme princesse Courage désormais bisous a toi et ta famille Formidable

par jocelyne.lesobre

Aller sur le livre d'or

Météo

Jeudi

min. 13 ° max. 26 °
Ciel dégagé

Vendredi

min. 16 ° max. 29 °
Ciel dégagé

Samedi

min. 16 ° max. 31 °
Ciel dégagé
Espace Membre

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Dernières modifications
Sur le forum Pas encore de message

Aller sur le forum